Announcement

Collapse

Forum Rules (Everyone Must Read!!!)

1] What you CAN NOT post.

You agree, through your use of this service, that you will not use this forum to post any material which is:
- abusive
- vulgar
- hateful
- harassing
- personal attacks
- obscene

You also may not:
- post images that are too large (max is 500*500px)
- post any copyrighted material unless the copyright is owned by you or cited properly.
- post in UPPER CASE, which is considered yelling
- post messages which insult the Armenians, Armenian culture, traditions, etc
- post racist or other intentionally insensitive material that insults or attacks another culture (including Turks)

The Ankap thread is excluded from the strict rules because that place is more relaxed and you can vent and engage in light insults and humor. Notice it's not a blank ticket, but just a place to vent. If you go into the Ankap thread, you enter at your own risk of being clowned on.
What you PROBABLY SHOULD NOT post...
Do not post information that you will regret putting out in public. This site comes up on Google, is cached, and all of that, so be aware of that as you post. Do not ask the staff to go through and delete things that you regret making available on the web for all to see because we will not do it. Think before you post!


2] Use descriptive subject lines & research your post. This means use the SEARCH.

This reduces the chances of double-posting and it also makes it easier for people to see what they do/don't want to read. Using the search function will identify existing threads on the topic so we do not have multiple threads on the same topic.

3] Keep the focus.

Each forum has a focus on a certain topic. Questions outside the scope of a certain forum will either be moved to the appropriate forum, closed, or simply be deleted. Please post your topic in the most appropriate forum. Users that keep doing this will be warned, then banned.

4] Behave as you would in a public location.

This forum is no different than a public place. Behave yourself and act like a decent human being (i.e. be respectful). If you're unable to do so, you're not welcome here and will be made to leave.

5] Respect the authority of moderators/admins.

Public discussions of moderator/admin actions are not allowed on the forum. It is also prohibited to protest moderator actions in titles, avatars, and signatures. If you don't like something that a moderator did, PM or email the moderator and try your best to resolve the problem or difference in private.

6] Promotion of sites or products is not permitted.

Advertisements are not allowed in this venue. No blatant advertising or solicitations of or for business is prohibited.
This includes, but not limited to, personal resumes and links to products or
services with which the poster is affiliated, whether or not a fee is charged
for the product or service. Spamming, in which a user posts the same message repeatedly, is also prohibited.

7] We retain the right to remove any posts and/or Members for any reason, without prior notice.


- PLEASE READ -

Members are welcome to read posts and though we encourage your active participation in the forum, it is not required. If you do participate by posting, however, we expect that on the whole you contribute something to the forum. This means that the bulk of your posts should not be in "fun" threads (e.g. Ankap, Keep & Kill, This or That, etc.). Further, while occasionally it is appropriate to simply voice your agreement or approval, not all of your posts should be of this variety: "LOL Member213!" "I agree."
If it is evident that a member is simply posting for the sake of posting, they will be removed.


8] These Rules & Guidelines may be amended at any time. (last update September 17, 2009)

If you believe an individual is repeatedly breaking the rules, please report to admin/moderator.
See more
See less

Regional geopolitics

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • - Հայաստանը նման մրցավազքի անդամ դառնալով՝ ի՞նչ օգուտ կամ վնաս է քաղում:

    -Օգուտները կասկածելի են, իսկ վնասներն՝ ակնհայտ։ Այս իրավիճակում Հայաստանի համար առավել առաջնահերթ ռազմաքաղաքական խնդիր պետք է լինի անվտանգային համակարգի խորը դիվերսիֆիկացիան՝ ՀԱՊԿ-ից դուրս այլ խաղացողների հետ ռազմաքաղաքական պարտավորվածությունների ստեղծման ճանապարհով։ Դա կարող է ներառել ռազմաստրատեգիական փոխգործակցության և փոխադարձ օգնությանը վերաբերող հարաբերություններ։ Եվ պետք չի մտահոգվել, որ նման ռազմավարական հարաբերությունները ՀԱՊԿ-ից դուրս կարող են որոշակիորեն հակասել ՀԱՊԿ-ի ֆորմալ սկզբունքներին։ Ամբողջ հարցն այն է, որ այդ սկզբունքներն ի սկզբանե չեն գործում և դժվար թե երբևէ գործեն։ Դա արտացոլվում է ՀԱՊԿ անդամների հակասական քաղաքականության մեջ։ Այս կառույցի մշուշոտ ապագան այլ ճանապարհ Հայաստանին չի թողնում, քան ձևավորել երկկողմ ռազմաքաղաքական պայմանավորվածություններ և, ի վերջո, պարտավորվածություններ ՀԱՊԿ-ի շրջանակներից դուրս։

    Այս առումով, առավել հարմար կարող են լինել Իրանն ու Հնդկաստանը, իսկ որպես իրավական ուղեցույց կարող են ծառայել Ադրբեջանի և Թուրքիայի միջև 2011 թվականից գործող «Ռազմավարական Գործընկերության և Փոխադարձ Օգնության» պայմանագրի դրույթները։ Այս փաստաթուղթը չի դարձնում Թուրքիային և Ադրբեջանին դաշնակիցներ և չի ենթադրում կոլեկտիվ պաշտպանության դրույթ, բայց տալիս է այն առավելագույնը, որը ռազմաքաղաքական փոխգործակցության և օժանդակության առումով հնարավոր է երկու երկրների միջև, որոնցից առնվազն մեկը ռազմաքաղաքական դաշինքի անդամ է։



    Հռիփսիմե Հովհաննիսյան

    Comment


    • Is aliyev resorting to terrorism?

      "Malta blogger Daphne Caruana Galizia dies in car bomb attack


      A prominent blogger in Malta, who had accused the island's government of corruption, has died in a car bomb attack, according to police.
      Caruana Galizia's death comes four months afterMr Muscat's Labour Party won an election he called early because of the blogger's allegations linking him and his wife to the Panama Papers scandal.

      The couple denied claims that they had used secret offshore bank accounts to hide payments from Azerbaijan's ruling family.

      http://www.bbc.com/news/world-europe...ource=facebook


      Comment


      • "... a growing scandal involving his wife, a Panamanian shell company and alleged payments from the president of Azerbaijan’s daughter."

        https://www.theguardian.com/world/20...ers-journalist

        Comment


        • Sounds like the aliyev family is starting to terrorize and kill anyone that reveals their secret laundry.

          "In April, Galizia linked Muscat and two of his aides to offshore companies with "the sale of Maltese passports and payments from the government of Azerbaijan," The Guardian reported.

          Azerbaijan’s national oil company recently became a shareholder in Malta's new power plant, The Guardian previously reported."

          http://www.businessinsider.com/panam...ombing-2017-10

          Comment


          • Originally posted by Azad View Post
            Sounds like the aliyev family is starting to terrorize and kill anyone that reveals their secret laundry.

            "In April, Galizia linked Muscat and two of his aides to offshore companies with "the sale of Maltese passports and payments from the government of Azerbaijan," The Guardian reported.

            Azerbaijan’s national oil company recently became a shareholder in Malta's new power plant, The Guardian previously reported."

            http://www.businessinsider.com/panam...ombing-2017-10
            As Malta is an EU member, I think that it is pretty evident that Azerbaijan has attacked and killed an EU citizen in a terrorist attack. Why isn't Armenia's government more keen to exploit these things???

            Comment


            • Originally posted by HyeSocialist View Post

              As Malta is an EU member, I think that it is pretty evident that Azerbaijan has attacked and killed an EU citizen in a terrorist attack. Why isn't Armenia's government more keen to exploit these things???
              I guess you should know that any incompetence of our MOD mostly and luckily turns into a wise delay tactic because Azerbaijan keeps shooting on its own feet.

              Comment


              • Latest map of territories captured by Iraqi forces

                By Leith Fadel
                -
                18/10/2017

                BEIRUT, LEBANON (12:50 P.M.) – The Iraqi military has seized several important aras in northwestern Iraq this week, forcing the Kurdish Peshmerga to abandon their posts, often without a fight.

                The Iraqi military began the week by seizing the provincial capital of Kirkuk, K1 Base, and its nearby oil fields, including the Bai Hassan and Dibs refineries.

                Following the seizure of Kirkuk, the Iraqi forces shifted their focus to the Yazidi populated city of Sinjar in Iraq’s northwestern countryside.

                Yazidi-led Hashd Al-Sha’abi fighters were able to take control of Sinjar after Kurdish Peshmerga fighters abandoned their posts inside the city – no fighting was reported.

                Shortly after Hashd Al-Sha’abi took control of Sinjar, the Peshmerga abandoned the Rabi’ah Crossing into Syria’s Al-Hasakah Governorate.

                The map at the top of this article illustrates the latest front-lines in Iraqi Kurdistan.

                Comment


                • Une histoire de gros sous? Les véritables raisons qui font enrager la Turquie sur la rupture de son adhésion avec l'UE

                  Cette semaine, la chancelière allemande a une fois de plus remis sur la table la question – problématique - de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. À sa demande, le sujet a été évoqué lors du dîner du Conseil européen, jeudi soir à Bruxelles. En réalité, cela fait des années que plus personne ne croit à cette adhésion contre-nature. Geopolitico-scanner

                  Publié le 20 Octobre 2017 La question de la continuation ou de l’interruption des négociations avec la Turquie en vue de l’adhésion a donc été au centre du dîner du Conseil européen de Bruxelles, et ce point de l'ordre du jour a été littéralement imposé par la vraie leader et présidente de facto de l’Union, Angela Merkel. On notera que sa franchise sur cette question, conforme d’ailleurs à celle, jadis, d’Helmut Kohl, dénote nettement avec l’hypocrisie, voire même la lâcheté des autres dirigeants Européens récents et actuels – excepté Nicolas Sarkozy - qui n’ont jamais réellement cru à cette perspective d’intégration mais qui n’ont jamais eu le courage d’en parler franchement à leurs homologues turcs, ce que ces derniers auraient d’ailleurs bien plus respecté que le signal de faiblesse envoyé par les Européens effrayés à l’idée d’être taxés de « club chrétien ».

                  Le non des dirigeants et haut-fonctionnaires européens qui expliquaient en privé que « cette adhésion n’aboutira jamais », mais qu’il ne fallait pas la stopper afin de « ne pas avoir le mauvais rôle », était pensé si fort que les Turcs l’entendaient parfaitement et le percevaient comme un affront de lâches…

                  De ce point de vue, l’animal politique de génie qu’est Recep Taiyyp Erdogan, à qui on ne peut pas retirer la qualité de tacticien, ne s’est pas gêné d’accuser depuis des années les Européens,si facilement culpabilisables, d’être « anti-Turcs », « hostiles à la candidature d’un pays musulman », d’être adeptes du « choc des civilisations » ou partisans du « repli » de leur « club chrétien », etc. Il a ainsi repris de plus en plus un lexique polysémique susceptible d’être entendu à la fois par des tiersmondistes anti-occidentaux et des islamistes ou même des citoyens européens musulmans convaincus par lui d’être victimes de « l’islamophobie » occidentale.

                  Chronique d’une rupture annoncée

                  Rappelons que le 3 septembre dernier, lors du débat qui a précédé les élections législatives en Allemagne, Merkel s'était déjà déclarée pour la première fois en faveur d’un arrêt des négociations d'adhésion avec Ankara, notamment en raison des dérives antidémocratiques du régime depuis le coup d’Etat avorté de juillet 2016 et des terribles purges lancées en représailles par Erdogan pour installer son « hyper-présidence ».

                  En réalité, il faut dire qu’Angela Merkel, qui s’était opposée à la tenue en Allemagne de meetings politiques de dirigeants turcs venus plaider en faveur du oui lors du référendum d’avril 2017 donnant les quasi plein-pouvoirs à Recep Taiyyp Erdogan, avait été définitivement remontée par le néo-Sultan qui l’avait traitée de tous les noms d’oiseaux après avoir accusé l’Allemagne de se comporter « comme le IIIème Reich » avec les minorités turques et musulmanes. Merkel ne le lui pardonnera jamais, d’autant qu’elle a été la dirigeante la plus généreuse envers les réfugiés et envers l’immigration turco-musulmane, ce que son aile droite lui a d’ailleurs reproché.  Elle a été de surcroit horrifié par les menaces à peine voilées lancées par Erdogan lorsque celui-ci, irrité à cause des meetings empêchés en Allemagne, en Belgique et en Autriche, avait carrément qualifié l’Europe de « continent en voie de pourrissement » puis appelé les musulmans du continent à s’enrichir et à devenir de plus en plus nombreux jusqu’à ce que « plus aucun Européen ne puisse sortir de chez lui en sécurité » …

                  La chancelière n’avait pas non plus digéré d’avoir été bernée par Ankara suite à l’accord de dupes avec Ankara sur la reprise - par la Turquie - des réfugiés syriens entrés illégalement en Europe, un accord qui a évolué en véritable racket financier. Elle n’avala pas non plus les attaques verbales violentes du néo-Sultan irascible envers Berlin à propos des « terroristes » kurdes » soi-disant appuyés par l’Allemagne et l’Union européenne. Tout cela était de trop, et l’on est passé de l’accord entre le Sultan et le Kaiser à un désaccord entre le président turc et la Chancelière, décidée à tirer les conclusions que ses collègues pusillanimes, restés impassibles et peu solidaires lors des insultes d’Erdogan envers elle et son pays, n’ont pas eu le courage de faire : «Il est clair que la Turquie ne doit pas devenir membre de l'Union européenne  », avait-elle affirmé dès septembre 2017, notant de façon lucide que «  les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE sont pour l'instant inexistantes ».

                  En réalité, bien que pusillanimes et peu francs du collier, la quasi-totalité des Etats-membres de l’Union européenne, horrifiés par l’évolution nationale-islamiste de la Turquie qui a définitivement enterré la laïcité kémaliste pour laquelle elle avait été pourtant acceptée comme candidate, sont d’accords sur le fond avec Angela. En fait, la question centrale pour l’heure n’est plus de savoir si la rupture, inévitable et annoncée, se fera, mais quand elle se fera et à l’initiative de qui…

                  Quel est celui qui« fermera le premier la porte des négociations, lesquelles n’ont pratiquement abouti à rien depuis leur ouverture en 2005 sur initiative de la Perfide Albion, puisque c’est sous la présidence britannique qu’en 2004, la candidature d’Ankara fut officiellement acceptée après des années de refus clair de l’Europe, notamment du fait d’Helmut Khol qui avait donné le ton.

                  Toujours est-il que depuis que la Grande Bretagne a quitté le navire européen, Ankara n’a plus de réel complice au sein de l’Union, d’autant que l’élargissement de 2004 à dix pays - dont les très islamo-sceptiques et nationalistes Hongrie, Pologne et Roumanie-Bulgarie - n’a fait que renforcer les composantes chrétiennes et politiquement incorrectes « civilisationnalistes » de l’UE.

                  L’adhésion de la Turquie à l’UE est donc, on peut l’affirmer sans risquer de se tromper, totalement impossible, en plus d’être dès le départ une mauvaise idée lancée par Londres pour détruire de l’intérieure la construction européenne en la rendant encore plus hétérogène qu’elle est déjà d’un point de vue géo-civilisationnel, et en en faisant une simple zone de libre-échange sécurisée par l’OTAN.

                  Cependant, entre-temps, même l’appartenance de la Turquie à l’Alliance atlantique, jadis vitale pour les stratèges occidentaux pour bloquer l’URSS à l’Ouest et au Sud, est devenue problématique… notamment sur fond de guerre civile syrienne, de gestion du problème kurde en Syrie et en Irak, et en matière de relations avec la Russie et avec l’organisation rivale de l’OTAN, que la Turquie semble rejoindre, l’OSC, l’organisation de Shanghai, qui été créée par la Russie et la Chine pour contrer l’hégémonie occidentale.

                  Pour revenir à la couardise extraordinaire des Européens, qui n’ont jamais eu le courage de dire les choses et de définir clairement leurs frontières et leur identité - qui est, qu’ils le veulent ou non, occidentale et judéo-chrétienne - leur position actuelle consiste à ne surtout pas apparaître comme « ceux qui rompent les fiançailles », par peur des réactions de fierté etde dépit amoureux imprévisible du partenaire.

                  Un jeu de poker menteur ?

                  Certes, on entend bien, depuis des années de dérives néo-ottomane et islamo-nationaliste annoncée du Sultan Erdogan, la voix des hauts-fonctionnaires européens et autres turcophiles et partisans du « dialogue des civilisations » (qui auraient rêvé de prouver la nature post-chrétienne et « multiculturaliste » de l’UE par l’intégration de la Turquie), nous expliquer que « nous ne pouvons pas abandonner les démocrates turcs et les pro-européens ou autres progressistes en Turquie ».

                  Ce fut d’ailleurs l’argument central de tous ceux qui, en dépit du cuisant échec des négociations, ont refusé d’interromprele processus. Et l’idée était depuis 2005 que le processus d’adhésion, même s’il n’est jamais conduit à son terme, allait être « bon en soi », car il pousserait Erdogan et la Turquie dans son ensemble, à se moderniser et à se démocratiser…

                  Pour ce qui concerne la modernisation, les faits confirment ce postulat, surtout sur le plan économique, puisque la Turquie s’est incroyablement développée depuis le début des années 2000, notamment, mais pas seulement, grâce aux « paquets de réformes » européens.

                  Cependant, sur le plan politique, le bilan est inverse : le Sultan a gagné le pari qu’il avait lancé lorsqu’il a créé l’AKP(« parti islamiste-modéré » et « réformiste »), pari qui consistait à utiliser les réformes démocratiques européennes et le parapluie atlantique pour démanteler le pouvoir de ses ennemis jurés : les militaires laïques et « l’Etat profond » kémaliste. Pari tenu.

                  Pour ce faire, les purges d’officiers, professeurs, journalistes, fonctionnaires, juges laïques-kémalistes et autres opposants progressistes ont été justifiées par des « réactions » aux deux tentatives de coup d’Etat : non seulement celle de juillet 2016, largement médiatisée, mais aussi - et cela est moins connu du public européen - celle, factice, de 2007-2008, lorsqu’un hypothétique « réseau Ergenekon » aurait tenté de renverser (déjà) Erdogan, ce qui permit au Sultan faussement parano de commencer, en représailles, à purger-démanteler tout l’édifice kémaliste, laïque et anti-islamiste qui avait fait de la Turquie un cas unique en terre musulmane et un allié fiable de l’Occident. C’est toutefois justement cette acculturation laïque occidentale de son pays, permise jadis par Atätürk, fossoyeur du Califat-Sultanat ottoman et ennemi de la Sharià, que l’islamiste Erdogan a toujours rêvé de renverser, afin de redonner aux Turcs leur « identité » islamo-ottomane glorieuse et frustrée.

                  Mis à part les cas tiraillés de Chypre et de la Grèce, hostiles à Ankara mais qui n’ont pas bloqué la candidature turque en espérant ainsi refiler la « patate chaude » turque aux Européens afin de partager le problème, la France de Sarkozy et l’Autriche sous tous les gouvernements depuis les années 2000 ont été finalement les seuls pays à ne pas être sur cette ligne de poursuite des négociations, bien que « leur issuene soit pas certaine », selon les textes officiels européens eux-mêmes. Cependant, depuis le référendum turc d'avril 2017, qui a permis à Erdogan de se tailler sur mesure une « hyper-présidence » et de détruire le modèle parlementaire turc, la nécessité de renouer avec la franchise s’est faite sentir un peu plus, quoi que timidement. En tout cas, dans sa lutte en faveur de la sincérité et de la fermeté, Merkel pourra au moins compter que la solidarité de Sebastian kurz, ex chef de la diplomatie autrichienne et nouveau chancelier du pays depuis sa victoire électorale du 15 octobre dernier.

                  Quant à la France d’Emmanuel Macron, qui oscille entre collaboration et rivalité de leadership dans ses relations avec l’Allemagne, va-t-elle confirmer le prisme pro-turc de François Hollande ? On se rappelle que ce dernier avait quant à lui refusé de se montrer solidaire avec l’Autriche et l’Allemagne - lors de la grave crise avec Ankara - et qu’il avait même laissé les politiques turcs venir faire des meetings en France en faveur du référendum donnant les pleins pouvoirs à Erdogan. Le président Macron, moins pusillanime que son prédécesseur, va-t-il opter pour un changement de cap, dans la droite ligne du parler franc de sa diplomatie, lui qui a su parler quasiment d’égal à égal à des Poutine ou à des Trump et conserver leur estime tout en leur disant leur quatre vérités ? Nous connaîtrons bientôt la réponse, car Ankara ne fera pas aux Européens le cadeau de se retirer du jeu sans avoir poussé jusqu’au bout la logique de guerre psychologique fondée sur le tandem culpabilisation-diabolisation.

                  Pour l’heure, Paris semble opter pour le laissez faire jusqu’à ce qu’Erdogan assume seul la rupture, mais à ses dépens, ce qui est peu probable.



                  Une histoire de gros sous ?



                  La dimension financière apparaît également centrale. Elle est même probablement la vraie raison pour laquelle Ankara ne veut pas quitter la navire des négociations, carla Turquie risquerait de perdre une manne considérable, sachant que l’Union lui consacre – au titre de la « préadhésion » - entre 760 millions d’euros par an depuis 2004 et un prévisionnel de 2 milliards d’euros pour la période 2018-2020, ce à quoi s’ajoutent 2,3 milliards d’euros alloués par la Banque européenne d’Investissements(BEI) l’année précédente…

                  En cas d’adhésion pleine, le gain net pour la Turquie aurait dû être, au moment où ont commencé les négociations, et en raison de la démographie turque, entre 6 et 8 milliards d’euros par an… Qui renoncerait à une telle manne ?

                  C’est pourquoi la Turquie est si enragée à l’idée de voir son adhésion enterrée et la procédure de préadhésion stoppée. Et en bon acteur de théâtre politique - car la politique est du théâtre,et tout dirigeant est un acteur - Recep Taiyyp Erdogan ne va pas se gêner pour continuer à torturer psychologiquement les Européens jusqu’à la moelle, en les traitant de « racistes », « d’islamophobes », d’ennemis « croisés », de « club chrétien, adepte du choc des civilisations », ceci afin de faire durer un peu plus cette farce ou plutôt ce Pocker menteur visant à masquer ses appétits par des arguments d’autorité. Un jeu de Pocker dans lequel le plus culotté et le plus dénuéde scrupules gagne la partie, sauf si Maman Merkel parvient à dire stop en sommant une fois pour toutes ses partenaires à prendre leurs responsabilités, qui plus est en période de « vaches maigres »…

                  En guise de conclusion…

                  Cette prévisible évolution panislamiste-néo-ottomane et néo-dictatoriale de la Turquie d’Erdogan ne doit pas surprendre. Seuls les aveugles volontaires ont feint de croire que le président turc allait être un « démocrate-islamiste ». Pour ma part, j’avais annoncé dès 2002, dans mon ouvrage « La Turquie dans l’Europe, un cheval de Troie islamiste », lorsque ce n’était pas encore correct de le dire, que la candidature de la Turquie à l’Union européenne était une absurdité intellectuelle, une erreur diplomatique et une faute géopolitique qui allait couter cher tant aux Européens, pris au piège de leur suicidaire « multiculturalisme », qu’aux Kémalistes turcs, abandonnés par les Européens subjugués par « l’islamisme modéré » …

                  Comment


                  • Kurds being slaughtered again cuz they trusted western gyots and yahoodi shaytans. They must be the dumbest people in the world!

                    Comment


                    • Originally posted by Serjik View Post
                      Kurds being slaughtered again cuz they trusted western gyots and yahoodi shaytans. They must be the dumbest people in the world!
                      Chigiden vonts ankakh linen. Urishneri voruh petka patchen. Drahamar karevor a vor goneh mer jokhovurtuh nuyn kaki metch chnguni.

                      Comment

                      Working...
                      X